Retour

Nos grands auteurs

Biographies de nos grands auteurs

Joséphine Bacon

Joséphine Bacon est une poète innue née en 1947 à Pessamit. Réalisatrice et parolière, elle est considérée comme une auteure phare du Québec.  Elle a travaillé comme traductrice-interprète auprès des aînés et a appris à écouter leur parole. Elle a écrit son premier recueil, Bâtons à message/Tshissinuashitakana, en 2009, et plusieurs autres par la suite. Elle est également parolière et auteure des textes d’enchaînement du spectacle de Chloé Sainte-Marie. De plus, Joséphine Bacon enseigne l’innu-aimum depuis plus de 40 ans et donne de nombreux ateliers d’écriture et conférences dans les universités, cégeps et communautés autochtones. Elle participe également en tant que traductrice et voix off à plusieurs documentaires et courts métrages. L’Université Laval lui a récemment décerné le doctorat honoris causa en anthropologie 2017-2018 afin de souligner le rôle clé qu’elle a joué auprès des chercheurs œuvrant dans le milieu innu. Engagée sur la scène littéraire et artistique autochtone et québécoise, Joséphine Bacon participe activement à la pérennité de sa langue et sa culture.

Source : http://memoiredencrier.com/josephine-bacon/

https://www.ulaval.ca/notre-universite/prix-et-distinctions/doctorats-honoris-causa-de-luniversite-laval/recipiendaires-doctorat-honoris-causa-2016-2017/josephine-bacon.html

Gilles Vigneault

Né à Natashquan le 27 octobre 1928, Gilles Vigneault est certainement l’un des auteurs-compositeurs-interprètes québécois le plus célèbre au Québec et dans toute la francophonie. Poète, auteur-compositeur-interprète, conteur et auteur, Gilles Vigneault chante pour la première fois en public en 1960 sa pièce Jos Montferrand. C’est pour lui le début d’une grande carrière, autant au Québec qu’en France. Son œuvre compte les plus belles odes au Québec et à ses habitants dont Mon pays, Les gens de mon pays, Il me reste un pays et la fameuse Gens du pays qu’il a interprété pour la première fois lors de la Fête nationale de 1975 sur le Mont-Royal. Gilles Vigneault est l’un des artistes qu’on a le plus honorés, ici comme à l’étranger.

Source : http://ici.radio-canada.ca/biographie/gilles-vigneault   

Janette Bertrand

Janette Bertrand, née à Montréal en 1925, est une journaliste, comédienne et auteure québécoise de grand talent. Elle amorce une carrière comme journaliste en 1950. Elle se voit confier à l’époque la chronique « Opinions de femmes » au Petit Journal. Avant-gardiste, elle utilise l’humour pour traiter de sujets féministes, mouvement encore à ses débuts. Puis, elle se tourne vers la radio où elle anime une émission quotidienne. Bientôt, la télévision devient son véhicule médiatique privilégié. Elle a en effet écrit plusieurs émissions, téléromans et séries télévisées. Elle y aborde et démystifie des sujets délicats et même parfois tabous, devenant ainsi une éducatrice populaire exceptionnelle. Elle est entre autres connue pour son téléroman Quelle famille !, sa série Avec un grand A et l’émission Parler pour parler. Janette Bertrand a d’ailleurs été récemment honorée par L’association Femmes du cinéma, de la télévision et des médias numériques pour son œuvre et son apport impressionnant dans le domaine. 

Source : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/pages/biographies/300.html

Michel Tremblay

Dramaturge, scénariste et romancier, Michel Tremblay est un auteur prolifique depuis ses tous premiers balbutiements à l’adolescence en tant qu’auteur. À travers ses écrits, on perçoit une récurrence du «mentir-vrai», puisqu’il relate des scènes donnant une impression de plus vrai que nature, mais qui s’inscrivent tout de même dans la fiction. À sa sortie en 1968, sa pièce Les belles-sœurs fait un scandale pour son utilisation du «joual». Célébrant pourtant de manière révolutionnaire la culture québécoise, il était le premier à donner une voix à une grande portion de la population qui n’en avait pas une à l’époque. Célébrant les personnages féminins forts, notre culture et notre langue, l’œuvre de Michel Tremblay est reprise partout dans le monde.

Sources : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1041642/michel-tremblay-theatre-romans-75-ans

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1041479/michel-tremblay-75e-anniversaire-theatre-archives

http://ici.radio-canada.ca/emissions/les_incontournables_portraits_d_auteurs/2015-2016/chronique.asp?idChronique=376493

Yvon Deschamps

Originaire du quartier Saint-Henri, Yvon Deschamps est principalement connu pour ses monologues humoristiques abordant des thèmes sociaux, avec une voix qui lui est propre. Débutant son parcours comme comédien, il inaugure le Théâtre de Quat’Sous à Montréal en compagnie de ses collègues en 1964. Il participera ensuite à la célèbre revue L’Osstidcho en 1968. Engagé socialement dans plusieurs causes, il aura certainement marqué le Québec par son passage inspirant. Grand contributeur à la scène québécoise et à ce qu’elle est devenue aujourd’hui, Yvon Deschamps a été nommé Chevalier de l’Ordre national du Québec en 2001, a reçu de l’ADISQ en 1987 un Félix pour souligner son apport au spectacle, et a été récompensé en 2011 du Prix du Gouverneur général du Canada pour les Arts du spectacle.

Source : http://www.banq.qc.ca/collections/collection_numerique
/losstidcho/acteurs/yvon_deschamps/

Dany Laferrière

Né à Port-au-Prince, Dany Laferrière écrivait pour un journal et la Radio Haïti Inter avant de venir s’installer au Québec, suite au décès tragique de son ami et collègue. Quelques années plus tard, après avoir occupé plusieurs emplois précaires, il suit son rêve et publie son premier roman, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, qui suscitera immédiatement beaucoup de réactions. Devenant par la suite figure publique du Québec, on le verra à la télévision, dans les journaux, et même dans le domaine du cinéma, après avoir scénarisé quelques-uns de ses romans. On lui doit de grands chefs-d’œuvre de la littérature, dont l’Énigme du retour (2009). Récompensé notamment par le Grand Prix Ludger-Duvernay, en 2015, il est Officier de l’ordre national du Québec en 2014, officier de l’Ordre du Canada et 2015 et est élu à la prestigieuse Académie française depuis 2013.

Sources :

http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/dany-laferriere

http://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/auteurs/dany-laferriere-1528.html

Fred Pellerin

Diplômé en littérature à l'Université du Québec à Trois-Rivières, fils de comptable agréé, il est devenu «conteur agréable par mégarde» après avoir été bercé par les histoires de sa grand-mère, de son voisin Eugène et de son père. Les histoires de Fred Pellerin sont celles de son village: Saint-Élie-de-Caxton, petit village québécois de la Mauricie, «où les lutins et les fées s’écrasent dans les pare-brises le soir». Anecdotes, potins, rumeurs passent à la moulinette de Fred Pellerin pour en ressortir sous forme de contes pour adultes. Il a déjà derrière lui cinq spectacles de contes prenant chacun pour héros un illustre personnage de son village. Fred Pellerin, figure emblématique du conte au Québec, s’est aussi illustré au-delà de nos frontières avec plus de 3000 représentations professionnelles au sein de la francophonie mondiale.

Source : http://www.fredpellerin.com/biographie

Anne Hébert

Anne Hébert, poète, dramaturge et romancière québécoise, dont l’œuvre fascine les lecteurs d’ici et d’ailleurs dans le monde depuis près d’un demi-siècle, est née à Sainte-Catherine-de-Fossambault le 1er août 1916. Anne Hébert étudie et vit à Québec jusqu’à la mi- trentaine, puis obtient une bourse qui l’amène à Paris où elle vit les 30 années suivantes. En 1942, elle publie son premier recueil de poèmes, Les Songes en équilibre. Elle publie par la suite plusieurs autres œuvres poétiques. Anne Hébert est également connue pour son célèbre roman Kamouraska publié en 1970 qui lui vaudra de nombreux prix littéraires. Elle écrit également plusieurs pièces de théâtre sous le titre Le Temps sauvage. Tout au long de sa carrière, elle obtient plus de 20 prix et récompenses pour l’ensemble de son œuvre; œuvre qui a sans contredit une place d’honneur dans la littérature québécoise. 

Sources : http://www.anne-hebert.com

http://www.encyclopediecanadienne.ca/fr/article/anne-hebert/

Clémence Desrochers

Née en 1933 à Sherbrooke, dans un quartier ouvrier, Clémence DesRochers est une grande artiste multidisciplinaire qui a œuvré sur la scène québécoise pendant plus de 60 ans de carrière. Auteure, humoriste, chanteuse, actrice et scénariste, c’est à travers la série pour enfants Rodolphe qu’elle s’est officiellement fait connaître du grand public. Elle participera ensuite à un des plus grands succès de la télévision québécoise, La famille Plouffe. Faisant entendre sa voix dans les boîtes à chansons, notamment Chez Clémence avec Yvon Deschamps, ou au Patriote, elle signera également la première comédie musicale de la province, Le vol rose du flamant en 1964. Appréciée du Québec en entier pour sa chaleur, son authenticité et son humour, son œuvre monumentale a été récompensée en 2005 par le Prix Denise-Pelletier. Elle est récipiendaire du Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène en 2009 et est Chevalière de l’Ordre national du Québec depuis 2001.

Sources :

http://ici.radio-canada.ca/biographie/clemence-desrochers

La Bolduc

Mary Travers, mieux connue sous le nom de La Bolduc, est née le 4 juin 1894, à Newport, un village situé en Gaspésie. En 1908, à l’âge de 13 ans, elle prend le train et s’installe à Montréal pour échapper à la pauvreté et devient ménagère puis couturière dans une manufacture de vêtements. C’est en 1914 qu’elle fait la connaissance d’Édouard Bolduc, qui deviendra son époux quelques mois plus tard, d’où son nom d’artiste. Cette grande dame a par la suite donné à la chanson québécoise des années 1930 un nouveau souffle. Elle a su trouver les mots pour traiter avec humour du quotidien des gens durant la crise économique. Parmi ses grands succès, on connaît bien entre autres J'ai un bouton su'l bout d'la langue ou encore Ça va venir découragez-vous pas. La Bolduc, autodidacte et icône de la musique folklorique, est considérée comme la première chansonnière du Québec. Plusieurs de ses compositions sont devenues des classiques et continuent d’être transmises aux nouvelles générations. Un film a d’ailleurs été réalisé cette année sur la vie de la chanteuse.

Source : https://www.labolduc.qc.ca/histoire

Laure Conan

Née à La Malbaie en 1845 sous le nom de Marie-Louise Félicité Angers, Laure Conan a pris ce pseudonyme lors de la publication d’une nouvelle originalement appelée Larmes d’amour dans La Revue de Montréal. Brillante et curieuse, elle se passionne depuis son jeune âge pour la littérature, lisant les grands écrivains français, québécois et étrangers. En 1882, elle publie son œuvre la plus célèbre, Angéline de Montbrun, considérée comme le premier roman psychologique de notre littérature. Elle rédigera également des œuvres à caractère historique, ainsi que des monographies, faisant d’elle la première romancière du Québec. Également journaliste, elle offre sa contribution en opinions en tant que femme, ce qui était encore rare pour l’époque. Dans un texte publié en 1924, on a résumé sa vie ainsi : « Elle a servi trois grands amours : son Dieu, son pays et sa plume. »

Source : http://www.biographi.ca/fr/bio/angers_felicite_15F.html

Gabrielle Roy

Née au Manitoba en 1909 au sein d’une famille pauvre, Gabrielle Roy est une élève brillante qui commencera son parcours en devenant institutrice. Pourtant, cela ne lui suffit pas : elle part étudier en Europe l’art dramatique, pour finalement découvrir sa vraie vocation; l’écriture. Elle revient au Canada et choisit de s’installer au Québec, à Montréal, en 1939. Journaliste à ses débuts, elle publie son premier roman Bonheur d’occasion en 1945, qui fût immédiatement un énorme succès. Traduit dans une douzaine de langues, il sera également publié en France, résultant sur le prestigieux prix Femina en 1947. Grande auteure de la littérature québécoise, elle a su mettre des mots sur des sentiments humains complexes. Bonheur d’occasion aura été un des premiers romans d’ici mettant la ville à l’avant-plan, ainsi que les conditions ouvrières difficiles de l’époque.        

Sources :

http://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/auteurs/gabrielle-roy-736.html

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/716767/lise-gaboury-diallo-bonheur-d-occasion-gabrielle-roy

Gaston Miron

Né en 1928 à Sainte-Agathe-des-Monts, Gaston Miron a été un ambassadeur de la littérature québécoise sur l’ensemble de ses années actives, en étant notamment l’un de premiers poètes contemporains chez nous. Cofondateur des éditions de l’Hexagone, il s’est acharné tout au long de sa carrière pour faire connaître notre littérature riche de son histoire et si singulière, en Europe ou en Amérique. Ses écrits engagés, portant entre autre sur des questions de résistance et de liberté, reflètent les idées pour lesquelles Miron militait : Un Québec fort, cultivé et fier de sa langue et de ses racines. Récipiendaire de plusieurs prix prestigieux, son œuvre résonne encore aujourd’hui.

Sources : http://lactualite.com/culture/2011/10/07/miron-rapaille/

https://www.ordre-national.gouv.qc.ca/membres/membre.asp?id=128