Retour

Thématique

Texte de René-Richard Cyr
QUE LA FÊTE SOIT EN OR

Un proverbe dit « la parole est d’argent, mais le silence est d’or ». Il se peut que cette maxime s’applique en certaines occasions. Cependant, je crois que le contraire doit souvent prévaloir car un autre proverbe dit « qui ne dit mot consent », Néanmoins, le monde a besoin de tant de révolutions que « consentir » équivaut, aujourd’hui, à plier l’échine, à se résigner, comme si rien ne pouvait être transformé. Or, il n’en est rien.

L’art est un mode d’expression qui permet de dire qui nous sommes ; il est aussi un outil de communication qui permet de nous reconnaître les uns les autres mais surtout, il demeure un agent de transformation puissant, étonnant et dérangeant, aussi troublant qu’éblouissant.

L’art change tout. Notre courte histoire en offre des exemples frappants : l’art fut annonciateur de notre révolution tranquille ; l’art a aussi osé dresser, de manière claire, provocante et sans complexes, dans notre vraie langue, un miroir dans lequel on pouvait entrevoir une possible libération, demain ; mille autres exemples de gestes artistiques, à petite ou grande échelle, ont nommé ce que nous sommes et ont transformé nos vies. La prise de parole, celle qui hurle ou qui chuchote celle qui dénonce ou qui console, le coup de crayon, de pinceau, tendre ou enragé qui fait vibrer la toile et l’édifice, l’arabesque folle ou le coup de pied révolté qui nargue l’air, le coup d’archet qui fait trembler les cordes du violon, l’impact éclatant de l’accord plaqué, la main qui pétrit, brûle, fend et sculpte la matière comme une caresse enfiévrée sur le corps d’un amour, la corde vocale qui frissonne et s’émeut en choquant ou en flattant amoureusement la note, le déclic nerveux du moteur de la caméra qui témoigne de nos vies et de nos rêves sans compter mille autres pulsions créatrices ; tous ces désirs et ces appels sont des gestes porteurs d’espoir pour que demain soit meilleur et que nous devenions tous, ensemble, des humains plus humains.

Sur notre coin de terre, afin de continuer à exister, nous n’avons d’autre choix que celui de brandir un art de survie, basé sur la nécessité incontournable  et la joie du combat. Voilà pourquoi tous s’accordent pour reconnaître que le Québec est une « pépinière » de créateurs extraordinaires, tous et toutes mobilisés autour de cette implacable réalité : si nous ne créons pas, nous mourons. Or, la peur de mourir, tout comme le besoin de donner un sens à sa vie, sont des moteurs de création inégalables.

L’art est aussi un défi. Parce que la vitesse tue, parce que l’économie prime, parce que l’efficacité semble être la seule valeur, la liberté artistique s’avère un formidable pied de nez à nos désolantes inerties, à notre lamentable confort et à nos résignations trop faciles.

De surcroît, l’art a aussi une mission car s’il doit émettre, il doit aussi être reçu, voire être rassembleur, intégrateur, interpellant. Dans nos sociétés de plus en plus métissées, il doit miser sur ce qui nous ressemble et nous rassemble, osant aussi nommer et affirmer ce qui nous différencie et nous distingue.

Nous sommes souvent et avec raison, fiers de nos créateurs, de nos artistes. Si nous pouvions être aussi fiers de nous-mêmes comme peuple. Tellement fiers de notre langue, de nos valeurs d’égalité et de liberté que quiconque nous approche ne puisse qu’épouser notre fierté et la faire sienne.

Si l’art est une trace de notre passage sur Terre, s’il ajoute un sens à nos vies dérisoires, alors souhaitons de tout cœur que se crée et se partage encore, aujourd’hui et demain, ce qui nous semble porteurs d’espoir, d’inquiétudes, de joies, de peurs et de grandeurs.

Que l’envie et l’ouverture à dire et à recevoir le miroir, le trouble, l’insolite, le vrai et l’irrationnel nous donnent des ailes… Que le silence soit d’argent, que la parole soit d’or, que le cœur soit d’ici, que l’âme soit la nôtre et que la fête soit en art.

René Richard Cyr

Biographie de René-Richard Cyr

Comédien, metteur en scène, auteur, réalisateur, animateur, René Richard Cyr fut directeur artistique et codirecteur général du Théâtre d’Aujourd’hui de 1998 à 2004. Il a également assumé la codirection artistique du Théâtre PàP (Petit à Petit) de 1981 à 1998. En tant que comédien, le rôle de Hosanna de Tremblay lui a valu deux prix d'interprétation, il a participé à diverses séries télévisées dont Cover Girl pour laquelle il a été, à deux reprises, mis en nomination aux Prix Gémeaux. Au cinéma, notons sa participation aux films Ésimésac et Babine de Luc Picard.

Outre de nombreuses directions artistiques de spectacles de variétés notamment avec Diane Dufresne et Céline Dion, on lui doit un grand nombre de mises en scène théâtrales: Molière, Shakespeare, Camus, Brecht, Williams, Genet, Ionesco, mais également des créations de Michel Tremblay, Michel Marc Bouchard, Daniel Danis, René Daniel Dubois et Serge Boucher. En plus de ses travaux comme animateur de télévision et réalisateur – ses adaptations télévisées de Motel Hélène et 24 poses (portraits) de Serge Boucher ont également été mises en nomination aux Prix Gémeaux – il a également co-écrit et co-mis en en scène Zumanity, le cabaret érotique du Cirque du Soleil présenté à Las Vegas depuis 2003. De plus, il signe des mises en scène d’opéras, The turn of the screw de Britten, Don Giovanni de Mozart et Macbeth de Verdi présenté à Montréal, Melbourne et Sydney. En 2010, il signait l'adaptation et la mise en scène de Belles-Soeurs, le théâtre musical pour lequel il se méritait pour la quatrième fois le Félix du metteur en scène de l’année décerné par l’Adisq. Au printemps 2013 est née une seconde collaboration entre Tremblay, Bélanger et lui alors que Le Chant de Sainte Carmen de la Main a été créé au Théâtre du Nouveau Monde. À la télé, on lui connaît la mise en scène de la série Madame Lebrun présentée à Super Écran. Présentement, il travaille en collaboration avec Dominic Champagne, sur le spectacle Les 3 Mousquetaires qui sera présenté à l’automne 2017 à Paris.